Hiver IV au Maroc... Arlon

Une répétition bienvenue de la tactique niveau peloton

Après la manœuvre logistique vers Arlon le premier jour, une journée de tactique au niveau peloton a suivi. Cette répétition était bien nécessaire, elle est apparue lorsque nous avons exécuté nos premières réactions au contact. Il faut s'y attendre après un semestre rempli de leçons et de cours universitaires. Le déroulement d'une telle section répond au contact : un ennemi fictif, joué par nos conducteurs qui ont renforcé nos sections, se cache sur la route de notre patrouille et effectue une action de tir sur la section, après quoi celle-ci entre en action. Au départ, la section attaquée doit réagir à son niveau, le commandant de section respectif est confronté à de nombreuses décisions et responsabilités. Après quelques minutes, le chef de peloton doit également prendre une série de décisions importantes : en fonction de la force et de la distance de l'ennemi, il décide de l'attitude du peloton à adopter par la suite. Les tactiques au niveau peloton sont bien sûr beaucoup plus compliquées dans la réalité que sur le papier, surtout dans le feu de l'action, quand un grand effort physique est nécessaire et que tout le monde crie pour se mettre au-dessus du bruit du MAG et des Minimis.

Cela nous a fait du bien d'être de retour sur le terrain. Le beau paysage enneigé l'a rendu encore meilleur. Une chose était sûre pour nous maintenant : les examens sont terminés !    

Arlon
Arlon
Arlon

Jours au stand de tir à ne pas manquer

Que serait un camp à Arlon sans quelques jours sur l'un des célèbres champs de tir ? Nous avons fait nos tests de répétition Joint pour FiveSeven et FNC, après quoi on nous a enseigné quelques nouvelles techniques en guise d'avant-goût de ce qui nous attend à l'école d'armes, l'entraînement spécifique suivant la formation à l’ERM. Les tirs à couvert avec le FiveSeven et le FNC nous ont certainement fait plaisir, malgré la pluie et les températures élevées, tout le monde a apprécié ses journées au champ de tir. Nous avons également eu un aperçu du tir à longue distance avec le FNC et nous avons eu l'occasion de tirer quelques douches avec les caractéristiques MAG 7.62 et Minimi MK III 7.62.

Arlon
Arlon
Arlon

L'armée se transforme

Il est certain que la Défense doit évoluer avec son temps ! C'est pourquoi, de nos jours, les soldats ont également la possibilité de pratiquer leurs tactiques virtuellement dans un espace de combat virtuel (VBS). Les joueurs des ‘games’ parmi nous étaient bien sûr les plus enthousiastes, mais ils ont vite remarqué que les missions ne pouvaient être menées à bien s'ils n'appliquaient pas leurs TTPs (tactiques, techniques et procédures). Ce qui est intéressant avec le VBS, c'est que l'ennemi tombe effectivement quand il est touché et que vous pouvez être touché aussi. Cette interaction nous était inconnue jusqu'à présent, puisque seules des cartouches "à blanc" (sans balles) sont tirées lors des tactiques sur le terrain.

Arlon
Arlon

Une coopération inattendue et très unique

Après le tir et la tactique, le "vrai" travail de l'officier suivait. Nous avons appris à faire des exercices pour notre personnel et notre unité par la suite. Cela se fait au sein de la Défense au moyen d'un DOSEX, ou d'un "Dosier d'exercice". Il contient toutes les informations nécessaires pour organiser, préparer et exécuter un exercice. En tant qu'étudiants, nous avons constaté que la réalisation d'un tel exercice demande beaucoup de temps et d'énergie et que cela ne va certainement pas de soi, car après avoir rédigé le document, il faut bien sûr passer à l'action.

L'après-midi de ma section, l'A11, a pris un tournant inattendu lorsque, sur le chemin du retour, nous avons rencontré un arbre tombé qui bloquait la circulation. Nous sommes rapidement sortis de notre Unimog et avons pris le contrôle de la situation. Certains d'entre nous se sont occupés de la sécurité tandis que d'autres ont commencé à débroussailler les petites et les grandes branches. Peu de temps après, la politesse est arrivée pour arrêter la circulation et assurer la sécurité. Après une dizaine de minutes, les pompiers sont arrivés eux aussi, coupant les gros troncs avec une scie circulaire pendant que l'A11 traînait le bois sur le bord de la route. Tout s'est déroulé sans problème, grâce notamment à la flexibilité et au professionnalisme de notre formation. Ce fut une expérience remarquable et instructive, une collaboration inattendue entre les Officier-Elèves, les pompiers et la police ! Après seulement vingt minutes, le trafic pouvait reprendre.

Arlon
Arlon
Arlon

Introduction aux différentes armes de soutien d'un peloton

Le soir, nous avons eu des cours et des démonstrations de différentes armes comme le LAW, le mortier 60mm, le Spike, le .50 et le RGW-90. Nous étions autorisés à tenir et à manipuler les armes. Certains étudiants ont même eu la chance de tirer un missile Spike via un simulateur.

Arlon
Arlon

“Test of self”

La dernière partie du camp a été appelée "test de soi" par notre commandant de compagnie. Nous devrions marcher avec un sac à dos "72 heures d'opérations complètes" (ce qui ne signifie rien d’autre que vous devez tout transporter dans votre sac à dos, y compris l'eau et les vêtements frais) pendant 15 kilomètres, après quoi nous devrions survivre 24 heures sans nourriture. Cela promettait d'être difficile car nos sacs à dos pèsent en moyenne 30 kilos et après une marche aussi difficile, la première chose que nous faisons normalement est … manger. Ce serait en effet un véritable "test de soi".

La surprise a été grande lorsque nous avons vu notre Cie Comd au premier point et que nous avons réalisé que nous étions trompés. Nous avions commencé les opérations de survie. Le changement d'état d'esprit et le fait que les dieux du temps nous aient rendu la vie très dure et humide ont été la véritable épreuve de force... Malgré les circonstances, nous avons fait de notre mieux (comme on attend des officiers). Les truites que nous pouvions pêcher hors de l'eau avec nos mains après 24 heures avaient d'autant plus de goût que la période de 12 jours était difficile.

Arlon
Arlon
Arlon
Arlon

Les étudiants sont d'accord : c'est dommage que nous n'ayons pas pu aller au Maroc, mais nous ne nous sommes certainement pas ennuyés. Pour le SSMW, le dernier obstacle se rapproche : notre mémoire de maîtrise, puis le départ vers les unités ou les écoles d'armes. Pour les polytechniciens, les prochains camps seront plus techniques. L'objectif final de notre entraînement lourd est en vue et nous attendons avec impatience ce que l'avenir nous réserve.

 

Sous-lieutenant COC Arvid De Dapper